La bataille pour l’élection présidentelle italienne est lancee

Pubblica le 27 dic. 2021 16:04

D’un palazzo l’autre. Mario Draghi quittera-t-il Palazzo Chigi pour franchir les portes de celui du Quirinale en février prochain ? C’est la question qui taraude la presse transalpine alors que dans moins d’un mois, le Parliament sera convoqué en congrès pour désigner le successeur di Sergio Mattarella .

Mais ne serait-il pas preférable que Mario Draghi resta il presidente del consiglio per la mise en oeuvre du plan de relance européen et lancer les réformes structurelles dont le pay a tant besoin? C’est l’avis de l’establishment italiano parte dal Financial Times et The Economist. Si Draghi était élu president de la République, le pays tomberait dans l’instabilité, estiment-ils. L’hebdomadaire britannique, qui a désigné l’Italie comme pays de l’année 2021 e rendi un omaggio appuyé son president du conseil, ne voit personne d’assez compétent pour le remplacer.

Sergio Mattarella rifiuta de briguer un secondo mandato

Un constat amer sur la piètre qualité de la classe politique italienne, dressé également lorsqu’il s’agit de savoir qui s’assiéra dans le fauteuil bientôt vacant di Sergio Mattarella. Longuement ovationné au début du mois la Scala de Milan aux cris de « Encore », il presidente della Repubblica rifiuta il catégoriquement d’effectuer un secondo mandato. Tout come l’hypothèse de rester son poste une année supplementaire pour attendre la fin de la legislature en 2023.

Lors de sa conférence de presse de fin d’année, Mario Draghi n’en a exclu aucune, pas même celle de son éventuelle élection la magistrature suprême. Sans laisser toutefois transparaître ses réelles intenzioni.

Une pudeur dont ne s’imbarasse jamais Silvio Berlusconi. A 85 anni, le Cavaliere en retrait de la vie politique sans s’en tre complètement retiré, rêve de conclure sa carrière en beauté. Brisant toutes les règles en la matière, il s’est autodésigné depuis plusieurs semaines candidat naturel de la droite arrachant un soutien de façade du leader de la Ligue Matteo Salvini et des post-fasciste Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni. Forts de sondages qui conforta la domination de la droite extrême sur l’échiquier politique, ils sont cependant également tentés de choisir Mario Draghi come prochain chef de l’Etat pour provoquer des élections législatives anticipées .

Fai vita et bien

Les leaders du Parti Democrate Enrico Letta et du M5S Giuseppe Conte rappellent quant eux l’importance d’une « personnalité imparziale, rassembleuse et d’une très grande moralité ». Des caractéristiques qui manquent Silvio Berlusconi implicito dans deux procès liés ces soirées « Fiori » dont les audiences ont justement été convoquées la fin du mois de janvier. C’est ce moment-là, une date qui sera fixée le 4 janvier prochain, que le Parliament se réunira pour élire le president de la République.

Pour obtenir ce mandat de sept ans, le candidat doit réunir les deux tiers des voix du collège électoral. A partir du quatrième tour de scrutin, la majorité simple suffit. « Faisons vite et bien », ha insistito Matteo Salvini. I leader di tutti i partiti non sono stati premuti per il concerto dopo le feste, in sachant que malgré les consignes de vote, les francs-tireurs in toujours réservé des surprises à chaque élection présidentielle.

Rodolfo Cafaro

"Inguaribile piantagrane. Professionista televisivo. Sottilmente affascinante evangelista di Twitter. Imprenditore per tutta la vita."

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.