su un testé… « Deathloop », le jeu de tir entre « James Bond » et « Un jour sans fin »

Colt Vahn passe une mauvaise journée dans ciclo di morte (ordina il 14 settembre su Playstation 5 e PC). Dès l’ouverture du jeu, il rencontre trois problèmes de taille. D’abord, il se découvre amnésique alors qu’il se réveille sur la plage d’une le appelée Black Reef, avec pour seul souvenir l’image d’une jeune femme qui le transperce avec une machette.

Cette dernière, Julianna, est son deuxième gros ostacolo. Elle le pourchasse sans relache. Comme elle, tout Black Reef cherche cribler de balles ou égorger « le traître Colt ». Mais Julianna est son adversaire la plus coriace : elle peut faire irruption n’importe quel moment de la partie pour le prendre en chasse.

Le troisième et dernier souci de Colt Vahn est le plus surprenant : il est captif d’une boucle temporelle qui le condamne revivre éternellement cette même (mauvaise) journée. A chaque fois qu’il meurt, il se retrouve les fesses dans le sable. L’objectif de ce jeu de tir la premire personne : trouver un moyen de mettre fin ce bug spatio-temporel.

Un’introduzione trop densa

Amnésie, jeu du chat et de la souris avec Julianna, boucle temporelle briser… La premire heure de ciclo di morte, des studios français Arkane Lyon, livre en pelote ces trois fils narratifs aux enjeux très denses. Ajoutez cette ouverture déroutante une ultime informazioni : huit personnages richissimes et odieux, appélés les Visionnaires, ont provoqué la boucle temporelle dans l’espoir de vivre éternellement. Colt doit les tuer tous en une seule journée pour sortir de ce jour sans fin.

La mise en route brupte se double d’un rhythm de jeu atypique

Vous avez tout suivi ? Il nous a fallu plusieurs heures dans Black Reef avant de digérer cette trame. D’autant que cette mise en route brupte se double d’un rhythm de jeu atypique. La boucle temporelle impone de perdre la majorité de son arsenal chaque échec et interdit de reprendre depuis un point de sauvegarde : il n’y en a pas.

Une fois le joueur familiarisé avec les années 1960 distopiques dans lesquelles il est plongé, l’aventure devient pour lui un grand huit aussi sanglant que cérébral. Pour réunir de nouvelles informations sur les Visionnaires afin de progresser dans le jeu, il faut minuteeusement explorer quatre zones de Black Reef des moment Differents de la journée et mourir répétition. Bourrés de tunnels, de coursives ou de sale aux décors étonnants, les niveaux offrent de multiples possibilités chaque esplorazione, ce qui permet de compenser les redites induites par la boucle temporelle.

Du pistolet clou la mitrailleuse, il ya des armes feu pour tous les goûts dans « Deathloop ».  Attention tout de même : elles ont tendance s'enrayer.

Une synthèse du savoir-faire d’Arkane

L’acquisizione progressiva di capacità soprannaturali incita un’esplorazione non lineare delle differenze di carte: cela fait forcement penser aux brillants Disonorato (2012) et Preda (2017), sviluppo del rispettivo par les studios lyonnais et texans d’Arkane. L’ambizione ciclo di morte se presente come una sintesi del savoir-faire du studio dans il détournement de la formula lineaire des jeux de tir.

Les joueurs les moins pazienti se lasseront de parcourir en boucle les quatre mêmes niveaux

Meno relazioni di causa ad effetti implicite per la boucle temporelle ouvrent mille possibilità: des actions menées plus tôt (par esemplo sauver quelqu’un ou débrancher un compteur électrique défectueux) pourront ainsi et avoirédé deseses avoir. C’est toutefois aussi la limit de l’exercice : les joueurs les moins patients se lasseront de parcourir en boucle les quatre mêmes niveaux.

Chaque nouvelle boucle impone ainsi d’affronter toujours les nombreux sbires des Visionnaires. Des personnages masqués, très falots pris individuellement, mais létaux dès qu’ils vous attaquent par poiignées. Plus Colt en tue, plus il peut avoir le choix entre différentes armes, allant du pistolet clous au fusil de sniper, et des objets bonus, dont la plupart disparaîtront après chaque mort – même si une technique surnaturelle permet plus ses tard armes de garder preferenze .

L'ambiance des sixties est réutilisée dans un contexte lugubre dans « Deathloop ».  Ce contre-pied fait penser des classiques du jeu video, « Fallout » et « Bioshock », qui revisitaient les esthétiques des années 1930 et 1950 d'une façon dystopique.

Domande sul «James Bond» e repliche sul Tarantino

Inoltre qu’un simple tueur, le joueur a, la plupart du temps, l’impression d’être un enquêteur, attendi le indagini su ses huit cibles abattre. Impossible donc de se container d’être la plus fine gâchette pour faire son chemin : il faut être curieux, lire chaque prospectus qui traîne, s’interresser aux conversations ou accéder des fichiers d’ordinateur. En cela, la mort n’est donc pas toujours une punition, cela permet parfois de décrocher de nouvelles données qui pourront nous aider plus tard… ou plus tôt.

On pourrait finalement se croire dans la peau d’un agent secret, particulièrement le plus célèbre d’entre eux, James Bond. Le canzoni delle bande-annonces du jeu (déj vu tu Nero come la pece) empruntent d’ailleurs les sonorités typiques des génériques des films de 007 : ciclo di morte, après tout, aurait aussi bien pu s’appeler Demain ne meurt jamais, Meurt un autre jour tu Mouir peut attendre.

Cependant Colt Vahn n’a ni le flegme ni le chic de l’agent britannique. L’homme au blouson de cuir jure comme un charretier et est plutôt ispirato agli antieroi dei film di Quentin Tarantino e di John Carpenter. Un compagnon de route attachant pour le joueur, qui va se rendre compte que la meilleure arme sa disposition est aussi son ennemi : le temps qui passe et se répète.

L’avis de Pixels

A scopo:

  • un jeu de boucle temporelle où le tir et l’enquête font bon ménage ;
  • un jeu de boucle temporelle avec des responses en chane ;
  • un jeu de boucle temporelle dans une dystopie sixties pop et lugubre.

A proposito:

  • un jeu de boucle temporelle dont l’introduzione nous a perdus ;
  • un jeu de boucle temporelle où incarner Julianna ne paraît pas indispensabile ;
  • un jeu de boucle temporelle où la plupart des ennemis ne sont pas très futés.

C’est plutôt pour vous si :

  • vous aimez les jeux de tir tordus la Disonorato et Preda ;
  • vous aimez la liberté d’approche ;
  • vous aimez les jeux (presque trop) denses.

Ce n’est plutôt pas pour vous si :

  • vous n’aimez pas les jeux de tir où il faut lire et résoudre des puzzles ;
  • vous n’aimez pas mourir et recommencer ;
  • vous n’aimez pas les redondances ou explorer en permanence les mêmes niveaux.

La nota di pixel:

La Quatrième Dimension/007

Rodolfo Cafaro

"Inguaribile piantagrane. Professionista televisivo. Sottilmente affascinante evangelista di Twitter. Imprenditore per tutta la vita."

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.