l’Italie en pince pour sa pilote qui «esquive les balles des talibans»

RECIT – Ces derniers jours, la manœuvre audacieuse d’une pilote italienne au-dessus de Kaboul, pour esquiver les tirs des talebans, a provoqué un certo emballement dans la presse italienne.

La presse italienne est dithyrambique. «Annamaria Tribuna, la pilote qui a esquivé les balles des talebans», titolo La Stampa le 27 août. «Annamaria Tribuna : qui est la pilote qui a évité les tirs Kaboul ?», se demandait le quotidien florentin La Nazione. «Un C130J de l’armée italienne aurait fait l’objet d’une attaque peu après son décollage. Le pilote a effectué une manœuvre d’évitement pour protettore l’avion e i passanti», écrivait aussi le média sicilien Il Moderatore. Au cours des derniers jours de l’évacuation de Kaboul, nos voisins transalpins se sont émerveillés devant le coraggio d’une pilote de la 46e brigade aérienne de Pise qui, selon eux, a été prize pour cible par les talebans, alors qu’elle décollait de l’aéroport.

Toute guerre a besoin de ses héros. Et tant pis si leur histoire est parfois légèrement enjolivée. C’est ce qu’ont dû se dire les rédacteurs de la pagina Facebook Debrief, un média social italien spécialiste de l’actualité militaire et non l’équipe è composto da anciens membri delle forze speciali. Ils ont été les premiers racconta l’histoire de cette pilote. «Quelques minutes après son décollage de l’aeroporto di Kaboul , son avion a été visé par des mitrailleuses au sol. Elle n’a pas perdu sa lucidité et a effectué les manœuvres d’urgence. Elle a sauvé les passagers qu’elle transportait. Civili, giornalisti e afghani désespérés, sauvés par une Italienne dont les médias n’ont pas parlé», un rimprovero alla pagina Facebook aux plus de 30.000 abonnes. Rapidement, ce récit a été repris et par les dits médias, et sur les réseaux sociaux, jusqu’en France, où plusieurs internautes ont relayé ce geste héroïque.

Le récit a été lance par la page Debrief. Cattura d’écran Facebook

VUOTO AUSSI – Afghanistan: des avions et des blindés laissés hors d’usage par l’armée américaine après son départ

Une manuvre audacieuse pour proteger les passagers

bord de son Lockheed C-130J Super Hercules, un avion de transport militaire de fabrication américaine, la major Annamaria Tribuna a participé l’exfiltration de quelque 5000 afghani depuis la Prize de Kaboul, au cours de l’operazione Aquila Omnia. Vendredi 27 août, elle emprunte une nouvelle fois le pont aérien instauré la hâte entre l’Afghanistan et le Koweït, au lendemain des attentats suicides revendiqué par l’État islamique. son bord, 98 afghani fuient leur pays, accompagnagnés de quelques journales italiens. Un trajet qui ressemble une routine depuis quelques jours. Sauf que ce jour-là, l’expérimentée pilote doit faire face à una situazione inédite. Brutalement, son C-130J perd de l’altitude, aspire par le vide. Il remonte ensuite en flèche, presque la verticale, avant de piquer nouveau vers le sol.

«Les montagnes semblaient dramatiquement proches», raconte le quotidien conservatore Il Giornale . l’intérieur, c’est la panique : la centaine de personnes transportée est secouée, parfois propulsée au sol. Les Enfants Pleurent. Finale, il loro aspetto è stabilizzato e rappresentato sulla rotta verso la base aerea di Al Salem, in Giappone. Avec sang-froid, Annamaria Tribuna et ses deux copilotes, Francesco Vergani et Riccardi Russo, ont en fait tenté d’éviter les balles d’une mitrailleuse talibane, qui s’élevaient en traçante vers le ciel. Mais aucun moment, l’avion n’était visé.

L’avion n’était pas la cible des talebans

«Au riguardo de ce qui a été rapporté par la presse sur l’événement impliquant un C-130J de l’armée de l’air, (…) il convient d’expliquer qu’aucun coup de feu n’a touché l’avion», un rapidement précisé une note de l’armée de l’air italienne. «Le chef d’équipage de l’avion, comme l’exigent les procédures opérationnelles et la vue des tirs venus du sol et Dirigés vers le ciel, a immédiatement mis en uvre une manœuvre d’évitement pour avion et passagers les , et ainsi empêcher l’avion de traverser l’espace aérien concerné», un précisé le communiqué. Les coups de feu ne venaient pas des montagnes voisines, comme l’ont relayé Certains médias et internautes. Il s’agissait vraisemblablement de tirs en l’air, pour disperser ou effrayer la foule aux abords de l’aéroport.

Cette approximation n’ôte en rien la bravoure et l’héroïsme dont le major Annamaria Tribuna a fait preuve. En anticipant suffisamment la zone de tirs, la militaire a évité toute mise en Danger de ses passagers, qui ont finalement pu arriver bon port. Et finale, si «aucun dommage l’équipage, aux passers et l’avion n’a été signalé», come l’explique l’armée de l’air italienne, c’est grâce cette pilote expérimentée, experte en mission haut risque. Originaire de Palerme, en Sicilia, Annamaria Tribuna a plus de 2000 heures de vol son actif. Engagée sur divers théâtres d’opérations, in Iraq la Somalie en passant par les mirats arabes unis, elle est devenue la premire femme piloter un avion vers l’Antarctique. Pour récompenser l’héroïne de sa bravoure, le maire de la ville sicilienne, Leoluca Orlando Cascio, a annoncé au journal local, le Palermo oggi qu’il souhaitait l’inviter pour la remercier de vive voix. cette occasione, il lui remettra la «Tessera del Mosaico Palermo», une des plus hautes distinzioni de la ville.


VUOTO AUSSI – Selon Poutine, la presenza americana in Afghanistan a été «una tragedia»

Rodolfo Cafaro

"Inguaribile piantagrane. Professionista televisivo. Sottilmente affascinante evangelista di Twitter. Imprenditore per tutta la vita."

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.