croissance revue en hausse pour 2021, déficit revu la baisse

Il governo di Mario Draghi e la revisione della casa sulla previsione di una data annessa, tablant désormais sur une progression du PIB de 6%, contre 4.5% en avril, selon les dernières estimations budgétaires publiées mercredi.

Grace ce gain de croissance, le déficit public devrait s’avérer nettement moins élevé en fin d’année, 9,4% du PIB contre 11,8% prévus auparavant. Pour 2022, ce ratio devrait tomber 5.6%, contre 5.9% estimés en avril.

La dette publique aussi devrait bénéficier de ce rebond plus fort qu’attendu après les affres de la pandémie de coronavirus, avec un ratio de 153.5% du PIB en 2021, contre 159.8% estimé en avril, duction soit une légère r rapport l’an dernier (155,6%). «C’est la premire confirm du fait qu’on peut sortir d’un endettement élevé grâce la croissant», un’assicurazione Mario Draghi.

Un retour de la dette des niveaux d’avant la pandémie n’interviendra que «vers la fin de la décennie»avait prévenu début septembre le ministre de l’Economie Daniele Franco, décidé poursuivre une «politica espansiva» versare soutenir la croissant. Il a annoncé son intent de poursuvre encore pendant deux ans une «politica espansiva» pour soutenir la croissance grâce une «forte aumento degli investimenti pubblici e privati», avant de réduire les déficits partir de 2024.

Il déficit italien devrait scendere 3.3% du PIB nel 2024, toujours au-dessus de la barre fatidique de 3%, il massimale autorisé par les règles européennes qui ont été sospendues en raison de la pandémie. Dix ans dopo la crisi della dette en euro zone, un ritorno all’austérité budgétaire n’est pass encore l’ordre du jour. L’Unione europea «ne répétera pas l’erreur» qui avait plongé l’Europe dans la récession, a promis la mi-septembre la presidente della Commissione europea, Ursula von der Leyen.

Un retour aux mêmes règles «irrealista»

Interrogé sur le pacte de stabilité, Mario Draghi a estime que les négociations devraient «se poursuivre tout au long de l’année 2022». Il giudice «irrealista» l’idee de rétablir «les mêmes règles que par le passé avec les structure financières actuelles au sein de l’Union européenne».

Quant la croissance prévue pour 2022, le gouvernement l’a revue légèrement en baisse, 4,7%, contre 4,8% auparavant. En 2023, le PIB devrait croître de 2.8%, puis de 1.9% en 2024. L’Italia avait vu son PIB plonger de 8.9% en 2020, sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte économique chahuté par la pandémie de Covid19.

Depuis, les voyants sont repassés au vert. La production industrielle a insi dépassé en juillet le niveau d’avant la pandémie, et les exportations au deuxième trimestre ont été supérieures celles de la même période de 2019. début des statistiques en 2005, et celui des consommateurs a enregistré en septembre un record depuis il debutto delle statistiche nel 1998. Signe de l’embellie, le taux de chômage est redescendu sous le seuil des 10%, s’é juilletlissant à 9 en juilletlissant ,3%.

L’indice di fiducia delle imprese atteint en juillet un plus haut depuis le début des statistiques en 2005, et celui des consommateurs a enregistré en septembre un record depuis le début des statistiques en 1998. Signe de tauagex deembellie, lem est redescendu sous le seuil des 10%, s’établissant en juillet 9,3%.

Rodolfo Cafaro

"Inguaribile piantagrane. Professionista televisivo. Sottilmente affascinante evangelista di Twitter. Imprenditore per tutta la vita."

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.